Le village natal du géant Cherif Kheddam, Boumesaoud, sis dans la commune d’Iferhounes sur les hauteurs de Djurdjura, s’est distingué par sa propreté grâce aux efforts de ses habitants qui ont compris l’enjeu environnemental qui guette  la Kabylie. Primé du village le plus propre de Kabylie en 2016, Boumesaoud recevra 10 millions de DA de la part du ministère des Ressources en eau et de l’Environnement.

Intervenant à la Maison de la culture Mouloud Mammeri, lors d’une cérémonie de remise des Prix de ce concours institué par l’Assemblée populaire de wilaya (APW), Abdelkader Ouali a expliqué que cette aide sera consacrée à l’acquisition d’équipements de tri et de collecte de déchets et à la réalisation d’un jardin d’enfants au niveau du village lauréat, tandis qu’une aide ira à la réalisation d’un schéma d’enlèvement et de tri des ordures à Boumessaoud.


L’équipe du bureau régional de Dzair TV à Tizi Ouzou a réalisé un magnifique reportage sur le village et nous livre des images magnifique de propreté et d’organisation faisant la spécificité du village (Voir la vidéo à la une).


L’ombre de feu Rabah Aissat

A cette occasion, il a rendu un vibrant hommage à feu Rabah Aissat, ancien président d’APW de Tizi-Ouzou, assassiné par des terroristes le 12 octobre 2006, et qui avait organisé la première édition de ce concours, quelques mois avant sa disparition.

«Rabah Aissat que j’ai connu personnellement, alors qu’il était président d’APC de Ain Zaouia, m’avait marqué par sa compréhension des problèmes économiques et sociaux et aussi par sa notion, très avancée à l’époque, de la gestion participative de sa commune avec ses concitoyens», a-t-il témoigné, ajoutant qu’a travers ce concours, il reste «présent à travers cette œuvre pérenne».

Un village qui a vu naitre Chérif Kheddam…

En décrochant la première place de ce concours qui récompense les six villages les plus propres de la wilaya, Boumessaoud, un petit hameau perché à plus de 1200 m d’altitude en plein cœur du Djurdjura, et qui a vu naître l’un des monuments de la chanson algérienne d’expression Amazighe, Chérif Kheddam (1927/2012), a également obtenu une subvention de 8 millions de dinars accordée par l’APW.

Ce village se retrouve donc avec la coquette somme de 18 millions de DA que le comité de village compte injecter dans des opérations d’amélioration du cadre de vie des citoyens et de préservation de l’environnement, a-t-on appris d’un de ses membres.

S’agissant des autres lauréats de ce concours, le deuxième Prix d’une valeur de 7 millions de DA a été décroché par le village Aourir Ouzemour, relevant de la commune d’Akbil, le troisième (6 millions de DA) par Bouaoune dans la commune d’Idjeur, le quatrième (5 millions de DA) par Ait Addellah dans la commune d’Abi Youcef, le cinquième par Boudjellil (4 millions de DA) et le sixième (3 millions de DA) par le village Ait Izid dans la commune de Souk El Tenine.

Une récompense pour tous les villages participants à partir de 2017
Les villages qui ont participé à ce concours et dont le nombre a été de 73 pour cette année, seront également récompensés, par ledit ministère, pour leurs efforts et ce, «indépendamment des résultats obtenus» à cette compétitions, a annoncé M. Ouali.

Cette aide qui vise à récompenser les efforts fournis sur le terrain en matière de préservation de l’environnement, a pour but d’encourager les villageois dans leurs efforts et à créer une émulation entre les villages afin d’assainir leur environnement.

La cérémonie de remise des prix s’est déroulée dans une ambiance festive en présence de nombreux comités de village, du mouvement associatif, d’élus et de la famille de Rabah Aissat.

 

Avec APS

LAISSER UN COMMENTAIRE