» Le bateau des femmes « , un voilier parti depuis le port de Barcelone en Espagne et se dirigeant vers la bande de Gaza, a été intercepté mercredi « sans violence » par la marine israélienne et conduit dans le port d’Ashdod au nord de Gaza, ont indiqué plusieurs médias israéliens.

Une quinzaine de femmes de diverses nationalités, parmi lesquelles la députée algérienne Samira Douaifia, étaient à bord du voilier Zaytouna-Oliva qui tentait de forcer le blocus maritime, terrestre et aérien imposé depuis dix ans à la bande de Gaza par les forces armées israéliennes.

La députée algérienne Samira Douaifia, arrêtée suite à l’interception du bateau en compagnie d’une quinzaine d’autres femmes, a exhorté les autorités algériennes à intervenir afin de la libérer. « Si vous voyez cette vidéo, c’est que je suis en grave danger et que vous devez venir me chercher » a-t-elle déclaré dans une vidéo filmée peu avant le départ du bateau de Barcelone.

Les réactions suite à l’interception de ce bateau n’ont pas tardé à tomber. Le Hamas qui est au pouvoir à Gaza a qualifié l’opération de la marine israélienne de « terrorisme d’État » . Le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Saëb Erekat a également dénoncé l’opération dans un communiqué appelant à « la libération des passagères ». « Nous condamnons fermement l’agression israélienne contre la flottille internationale qui a tenté de briser le siège illégal imposé par Israël aux habitants de la bande de Gaza » a-t-il souligné.

De son côté, le président de l’Assemblée Populaire Nationale (APN) Mohamed Larbi Ould-Khalifa a tenu à exprimer « sa solidarité » envers la députée algérienne retenue par les forces israéliennes. « Nous sommes solidaires avec la députée Samira Douaifia, car avant qu’elle ne soit députée, elle est d’abord citoyenne algérienne » a-t-il déclaré devant l’APN.

Rappelons que plusieurs bateaux civils ont tenté vainement depuis 2008 de forcer le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza.

3 Commentaires

  1. Je suis un peu étonné que cette député dont les autorités de son pays ont décidé de rayer l’état d’Israël de la carte de géographie exige de l’aide en s’adressant à son gouvernement en langue Française.

  2. Bienvenu au « Bled Miki, hakamha Charlot ». Au lieu de balayer devant sa porte, nous nous cherchons a balayer devant la porte d’Israel. N’attirez pas la foudre d’Israel sur nous svp.

LAISSER UN COMMENTAIRE