Une gendarme membre du groupe terroriste DAECH !
Une gendarme membre du groupe terroriste DAECH !

Élodie, qui était gendarme adjointe volontaire dans un peloton motorisé du sud de la France, utilisait ses fonctions pour… renseigner ses amis islamistes !

Pendant plusieurs mois une jeune femme radicalisée a renseigné ses amis islamistes tout en préparant un grand départ pour la Syrie.

La jeune femme, dont l’histoire est relatée par Le Point, était une « taupe » au sein même des forces de l’ordre. La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) a commencé à nourrir de sérieux soupçons à son égard le 22 octobre 2013. Ce jour-là, Élodie avait demandé par téléphone à une de ses amies, elle aussi gendarme, de « passer des personnes au fichier ». Il s’agit du fichier des personnes recherchées (FPR), une immense base informatique comprenant plus de 400 000 fiches, dont les fameuses S pour « sûreté de l’État ». Disposant de l’accès aux informations intérieures de différentes institutions, dont des directions générales de commissariats, Élodie rancardait régulièrement ses proches sur le risque qu’ils couraient à venir en France. Les grandes oreilles qui écoutaient les conversations de la gendarme se sont très vite aperçues qu’Élodie et son entourage étaient en train d’organiser un départ collectif pour la Syrie. Élodie a plusieurs comptes Facebook. Sur l’un des premiers d’entre eux, elle a multiplié les vidéos et messages de gloire aux martyrs.

La jeune femme s’appliquait à ne montrer aucun signe religieux à la gendarmerie, mais en même temps elle veillait à ce que personne de son entourage ne sache qu’elle est gendarme. Seule une poignée de copains, ceux qu’elle renseignait régulièrement, connaissaient son véritable métier, qu’elle a caché même à son fiancé. C’est avec lui qu’elle devait partir en Syrie et elle était prête à tout pour cela. A la mi-novembre, elle a même proposé d’utiliser son arme de service pour braquer une voiture qui leur servirait à se rendre en Turquie. Elodie et son fiancé ont appelé un à un les organismes de crédit et réuni la somme de 30 000 euros sur la base de feuilles de paie trafiquées. L’argent était destiné à financer le voyage, à payer le passeur et l’hôtel en Turquie. Le 18 novembre, Élodie a démissionné de son poste à la gendarmerie et s’est mariée le 13 décembre. Trois jours plus tard, elle était interpellée.

LAISSER UN COMMENTAIRE