« Nous avons un problème avec les maghrébins », c’est la phrase tenue par Claude Goasguen, député-maire LR du 16ème arrondissement de Paris, sur LCP pour un débat, mercredi 14 septembre au soir, qui fait polémique en France.

Le débat qui se portait sur le thème de campagne d’Alain Juppé, « l’identité heureuse », a conduit Claude Goasguen à aborder le sujet très sensible de l’intégration de la communauté maghrébine « C’est un thème de campagne qui se défend, c’est le sien, c’est un thème centriste », dit-il avant de parler de son « inquiétude » face à une « communauté musulmane » qui ne prendrait pas forcément cette « direction » et qui serait surtout « trop absente » dans la dénonciation des attaques terroristes commises par Daech sur le sol français. Il explique d’abord :

Je ne suis pas sûr, pour connaître bien la communauté musulmane, que le chemin de la communauté musulmane soit sur la direction d’une identité heureuse. Je dirais même qu’elle m’inquiète de plus en plus, cette communauté musulmane. Elle est absente. C’est vrai qu’il y a des personnalités musulmanes qui viennent de temps en temps passer à la télévision. Mais des millions de musulmans – vous imaginez ce que ça représente pour des millions de musulmans, ce qui se passe en France en ce moment, quelle peut être leur réaction ? Est-ce que vous auriez, vous… par exemple si des catholiques venaient assassiner d’autres personnes en France, mais je serais le premier à descendre dans la rue pour sanctionner les catholiques en question vigoureusement.

Je pense bien que tous les musulmans ne sont pas favorables à l’islamisme, mais je trouve que leur réaction n’est pas encore assez forte.

«Si on ne règle pas les problèmes, ça sera très difficile. Tout le monde veut l’identité heureuse, moi j’ai lu ‘La Comtesse de Ségur’ comme tout le monde, mais très franchement, y’aura un vaste travail à faire, il sera difficile. Le schéma, il est trentenaire en réalité. Nous n’avons pas voulu voir l’immigration avec les yeux qui étaient ceux des hommes politiques lucides. Nous avons un problème avec les maghrébins, incontestable. Cette affaire de la guerre d’Algérie a été très mal perçue par la communauté musulmane maghrébine de la troisième génération mais aussi par certains Français. Elle ressort. Aujourd’hui, il faut avoir le courage de l’aborder non pas dans la discrimination, mais franchement… [il est coupé].»

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE