Visa de long séjour
Visa de long séjour "visiteur" : ce qu'il faut savoir

Chaque année, ce sont des centaines, voire des milliers d’algériens qui demandent un visa pour se rendre en séjour dans les pays européens. Toutefois, le succès n’est pas toujours au rendez-vous, puisque nombreux sont ceux qui voient leur demande de visa refusée.

Beaucoup de citoyens qui demandent en effet un visa de long séjour voient leurs demandes refusées, l’obtention de ce dernier étant particulièrement difficile. Le visa de long séjour portant la mention s’adresse, en grande majorité, aux ressortissants étrangers qui justifient de moyens d’existence suffisants et qui prennent l’engagement de n’exercer, en France, aucune activité professionnelle, il a une durée de validité maximale de 12 moi et, depuis le 5 avril 2010, date d’application du Code communautaire des visas, les étrangers titulaires de ce type de visa peuvent circuler librement, pendant une période de plus de 3 mois sur toute la période de 12 mois maximum, sur l’ensemble de l’espace Schengen.

Il est également à noter qu’un visa de ce type vaut aussi comme titre de séjour, cela veut dire que les voyageurs qui en sont titulaires n’auront pas à se rendre à une préfecture pour établir un titre de séjour. Toutefois, les ressortissants algériens portant ce visa ont besoin de se rendre à une préfecture pour l’établissement d’un certificat de résidence d’une année, et ce conformément à l’accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié. Notons également que les titulaires de ce visa n’ont pas le droit d’exercer une activité professionnelle en France, toutefois, l’étranger entré en France en qualité de « visiteur » et qui souhaite y travailler pourra demander une autre catégorie de titre de séjour. Cette démarche devra être introduite 2 mois avant l’expiration de son visa.

Il est enfin à préciser qu’outre les droits de visa prévus par la législation du pays, le demandeur devra s’acquitter, s’il se rend en France, d’une taxe auprès de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) d’un montant de 241,00 €.Le paiement de cette taxe à l’OFII ne garantit toutefois pas une issue favorable à la demande. En cas de refus de visa, ce montant ne sera pas remboursé.

Selon des chiffres officiels, sur 3 588 555 demandes de visa, seuls 190 316 visa de long séjour ont été délivrés par la France dans le monde en 2015.

LAISSER UN COMMENTAIRE