Ancien ministre du Redressement productif et numérique sous les gouvernements de Jean-Marc Ayrault et de Manuel Valls, l’avocat et homme politique français d’obédience gauchiste, Arnaud Montebourg, s’exprime au micro de Berbère Télévision au sujet de ses origines algériennes.

Né d’une mère franco-algérienne, le Secrétaire National du Parti Socialiste (PS) chargé de la rénovation ne cache pas sa fierté d’avoir « hérité cette histoire » tant que « cela entre dans l’histoire de la décolonisation, puisque mon grand-père a servi dans l’armée française dans les années 1930 et a prêtée main forte au FLN-ALN durant la Guerre d’Algérie » a déclaré l’interlocuteur.

Son grand-père est allé s’installer ensuite dans la sixième circonscription de Saône-et-Loire, où il a été élu député en 1997.

Interrogé ensuite sur les relations franco-algériennes, Arnaud Montebourg pense qu’ « elles doivent s’engager sur le chemin d’une alliance puissante et durable« . L’homme politique de la gauche française estime qu’il « y a un pont humain entre la France et l’Algérie (…) et leur histoire commune leur permet d’imaginer un avenir commun très fort« .

Au sujet de l’investissement et du cadre économique, le futur candidat à la présidentielle française de 2017 estime que les français et les algériens doivent investir réciproquement dans les deux pays, « parce que cet échange permet d’imaginer l’imbrication de nos intérêts dans l’avenir« .

De ce fait, « Comment faire pour ramener les jeunes dans la République ? ». Arnaud Montebourg n’hésite pas à responsabiliser la République en premier lieu. C’est à dire qu’elle « ne discrimine pas, et qu’elle donne travail et liberté à ces jeunes, et qu’elle ne les abandonne pas en leur donnant la perspective » pense-t-il. Et malgré que « c’est long comme travail, mais on le ferra ! » déclare-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE