A.Bouteflika candidat au Prix Nobel 2016

Ayant échoué à décrocher le Prix Nobel de la paix en 2008, malgré le large soutien qu’il a reçu par son entourage, l’actuel Président de la République algérien, Abdelaziz Bouteflika, se porte une nouvelle fois candidat à ce prix prestigieux pour son édition 2016.

En effet, une campagne médiatique a été lancée ces dernières semaines par les partisans du président dans le but de rassembler les 7500 signatures permettant à M.Bouteflika, en exercice d’un 4ème mandat consécutif aux fonctions de président de la République, de jouer ses chances à décrocher le prix Nobel de la paix 2016, et ce après l’échec qu’il a encaissé durant sa dernière candidature. « Sa politique de réconciliation nationale, sa médiation dans les règlements des conflits en Afrique, son implication dans le Nepad sont autant d’initiatives qui plaident en sa faveur pour décrocher cette distinction attribuée annuellement par le comité du Nobel qui reste, cependant, intransigeant sur les principes de la démocratie » écrivait le quotidien Liberté en 2008 sur ce qui peut être considéré comme réalisations de Bouteflika durant son parcours de Président. Tant de motivations n’auraient pas suffi pendant cette édition au président algérien de décrocher un Prix Nobel, alors que c’était le diplomate et homme politique finlandais Martti Ahtisaari qui était l’heureux élu de ce prix, notamment grâce à ses véritables compétences en diplomatie et en médiation ainsi que sa persévérance dans l’action qui lui auraient permis de décrocher cet honorable titre, d’où ses compétences de médiateurs de l’ONU en 1991 lui avaient coûté l’élection comme Secrétaire Général de cette Organisation durant la même année.

Principes de démocratie et de justice : Des cartes gagnantes pour chaque candidat

L’intransigeance sur les principes de la démocratie qui serait une condition irréfutable du comité du Nobel serait, sans doute, l’un des facteurs qui pourraient coûter à Bouteflika un autre échec. Car, selon les journaux officiels de la République Algérienne, et les maintes « réformes » des textes de lois relatifs à la constitution, les libertés démocratiques et la volonté de prospérer sans mises en avant. Mais sur le terrain, s’en est tout autre, puisque, à titre d’exemple, peu après l’échec de sa candidature au prix Nobel en 2008, A.Bouteflika avait réagis d’une manière peu orthodoxe, en portant atteinte à l’un des principes les plus indéniables de la démocratie, notamment celui de l’alternance au pouvoir, après avoir ouvert la voix au Président de la République de briguer librement des mandats présidentiels. D’ailleurs, c’est une « réforme » qui lui aurait permis de rester au trône jusque-là. Cela pourrait donc consumer les chances du candidat et lui coûterait un deuxième échec.

Par contre, le cheval de bataille du président algérien durant ses candidatures au prix Nobel est notamment celui du projet de La réconciliation nationale et de la Concorde civile qui représentait la dernière carte du pays pour emboîter le pas vers la cession des violences commises et supportées durant la décennie 90. Et ce, malgré l’opposition de certaines parties à l’application de cette réforme qui avait permis aux anciens dirigeants des groupes terroristes d’être réhabilités et à des personnes au pouvoir aux démarches compromettantes d’être amnistiés. N’empêche que ce cheval de bataille est jusqu’à aujourd’hui controversé en Algérie, d’ailleurs le 29 septembre de l’année en cours, c’était le collectif des familles de disparus qui était embarqué par la police à Alger, après avoir organisé un rassemblement pour manifester son rejet de ce projet.

Par ailleurs, la question du « comment » est-ce que Abdelaziz Bouteflika pourrait être consacré Prix Nobel de la Paix en 2016 a vu ses réponses par les 5000 signataires de la pétition de soutien à ce candidat. Maintenant, la question du « comment » est-ce qu’il pourra décrocher ce titre se jouera durant les prochaines semaines et sera traitée par le comité du Nobel, qui, à son tour, enregistre chaque année une rude concurrence des candidats.

LAISSER UN COMMENTAIRE