Mieux vaut être femme en Algérie qu'aux USA (rapport)
Mieux vaut être femme en Algérie qu'aux USA (rapport)

Il serait mieux d’être une fille en Algérie qu’aux États-Unis, c’est en tout cas ce que révèle un rapport intitulé « Every last girl » publié mardi 11 octobre par l’organisation internationale « save the children » à l’occasion de la journée internationale de la jeune fille.

Évaluant les opportunités offertes aux filles dans 144 pays en fonction des obstacles qu’elles rencontrent, ce rapport prend en considération cinq critères : le nombre de mariages d’enfants, le nombre de grossesses chez les adolescentes, le taux de mortalité maternelle, la proportion de femmes au Parlement et le taux d’achèvement des études secondaires de premier cycle.

Ce rapport classe l’Algérie à la 31 ème place avec 2,5% de mariages avant l’âge de 18 ans, 10,8 grossesses adolescentes pour 1000 naissances, 87,2% d’études jusqu’à l’âge de 16 ans, 140 morts maternelles pour 100.000 naissances et 31,6% de femmes parlementaires. L’Algérie se classe devant les États-Unis qui sont arrivés à la 32ème place, avec notamment un taux élevé de grossesses adolescentes (24,1 pour 1000 naissances) et une faible représentation féminine au parlement (19,4%).

La première place de ce classement revient à La Suède avec notamment 5,6 grossesses adolescentes pour mille naissances, une mortalité maternelle très faible (4 pour 100.000 naissances) et une représentation féminine élevée au parlement (43,6%). La Suède est suivie dans ce classement par ses voisins La Finlande (2ème) et la Norvège (3ème).

Il est à noter que malgré ces chiffres, le fossé qui sépare la junte féminine de la junte masculine dans notre pays reste profond, notamment à cause des nombreuses contraintes que doivent affronter les femmes dans une société majoritairement musulmane.

LAISSER UN COMMENTAIRE