Menaces contre Nouria Benghabrit : la gendarmerie nationale réagit
Menaces contre Nouria Benghabrit : la gendarmerie nationale réagit

l’affaire de l’enseignante qui s’est filmée avec ses élèves dans une séquence vidéo mise en ligne et interprétée par les internautes comme une promotion de l’idéologie Baasiste contraire à la déontologie, endoctrinement et un coup de marketing politique au détriment des enfants innocents et inconscients de la teneur des propos de leur institutrice, a pris des dimensions inattendues suite à une campagne médiatique sur les réseaux sociaux pour soutenir la mise en cause après l’annonce d’ouverture d’une enquête par la ministre de l’éducation nationale, en dégénérant vers des menaces contre Nouria Benghabrit.

Dans une publication largement partagée sur facebook, on voit «un grade de la gendarmerie national, un signe de la même institution républicaine et un pistolet» avec le message « Ô, fille de Ghabrit, l’enseignante a un peuple qui la protège».

La publication était interprétée par la presse nationale comme une menace directe contre la personne de Nouria Benghabrit impliquant une institution républicaine, ce qui a poussé cette dérnière à réagir dans un communiqué annonçant l’arrestation d’un jeune de 25 ans à Batna, accusé d’être à l’origine du poste sur le réseau social bleu.

Le Centre de prévention et de lutte contre la criminalité informatique et la cybercriminalité de la Gendarmerie nationale a identifié le propriétaire du compte Facebook appartenant, au nommé (F. A.) âgé de 25 ans et résidant à Batna

Le communiqué en question rajoute «« L’enquête, menée par les gendarmes du groupement territorial de Batna, a fait ressortir que l’intéressé a publié, sur sa page Facebook, une photo sur laquelle apparaît une arme avec des insignes de la Gendarmerie nationale, déposés au-dessus d’un papier sur lequel est écrit : « Oh Benghebrit, l’institutrice a un peuple qui se solidarise avec elle » et signé « الدرك الوطني » » avant d’affirmer que des « éléments du dit groupement territorial ont interpellé le mis en cause et opéré une perquisition dans son domicile, ayant abouti à la saisie de son téléphone portable, dans lequel ladite photo a été trouvée enregistrée ».

LAISSER UN COMMENTAIRE