Amine Zaoui : «Seule la Kabylie peut sauver l'Algérie»
Amine Zaoui : «Seule la Kabylie peut sauver l'Algérie»

Amine Zaoui, écrivain et ancien enseignant universitaire, originaire de l’ouest algérien se confie dans une interview accordée au journal francophone « la Dépêche de Kabylie », sur ses rapports avec la Kabylie, ses lecteurs ainsi que sa vision de l’avenir de l’Algérie et son dernier ouvrage «Un Incendie au Paradis» .

Selon Amine Zaoui, auteur de plusieurs livres, traduits pour la plupart en treize langues «S’il y a une renaissance culturelle en Algérie, elle ne viendra que de la Kabylie. La Kabylie c’est le vrai rempart contre l’intégrisme et le wahabisme qui rongent l’Algérie. Seule la Kabylie est capable de sauver la démocratie et la diversité en Algérie.» dit-il après avoir rappelé son amour à cette région et sa population «’adore cette belle région de L’Algérie. J’ai eu l’occasion de rencontrer mes lectrices et lecteurs dans une vingtaine de villes et villages. De Tizi-Ouzou à Béjaïa, en passant par Bouira, Ath Yenni, Bouzeguène, Boujima, Azazga, Aïn El Hammam… à chaque rencontre, j’étais merveilleusement bien accueilli, agréablement surpris par un débat franc et profond avec le public. Le bon lecteur algérien se trouve en Kabylie. Les citoyens de la Kabylie ne sont pas préoccupés uniquement par la politique, chose positive, mais aussi par la bonne littérature. Mes meilleurs lectrices et lecteurs sont de cette région» déclare t-il à nos confrères de la dépêche de Kabylie.

Parlant de son dernier livre, Amine Zaoui définie la mission de l’écrivain qui, selon lui, doit faire reculer les interdits «À mes yeux, casser les tabous est l’essence même de l’écriture. L’écriture qui ne fait pas reculer les interdits est une littérature née morte. Pour moi, le seul tabou qui freine la littérature, particulièrement le roman, c’est l’ignorance. L’écrivain évite la provocation gratuite au profit de la provocation assise sur le savoir. La littérature est la sœur jumelle de la liberté. Liberté de l’écrivain, liberté du lecteur et liberté du texte. Je pense, sans prétention aucune, qu’il est demandé à chaque Algérien de lire Un incendie au Paradis. Je l’ai voulu un livre-citoyen. Je l’ai voulu comme livre pour une prise de conscience collective. Dans Un Incendie au Paradis, j’ai essayé de dire ce que les autres n’osent pas dire sur la place publique» dit-il.

5 Commentaires

  1. Tous ceux qui écrivent ( et j’en suis) sont partagés entre deux sentiments contraires mais d’inégale importance : le premier légitime, c’est la fierté d’avoir apporté une contribution à la compréhension du monde qui nous entoure , le second c’est l’incertitude d’avoir peut-être enfoncé une porte ouverte et finalement de n’avoir rien dit de déterminent, de nouveau, bref d’intelligent. Un philosophe français contemporain, aujourd’hui décédé, recommandait de ne pas importuner le lecteur avec nos livres en croyant pour chacun que c’est la huitième merveille du monde. Cet homme était de bon conseil, il faut l’écouter . Il vaut mieux être prudent, bien sûr livrer son ouvrage au public mais bien se garder de l’imposer par des suggestions trop insistantes. Le lecteur lira ce qu’il voudra, quand il voudra et il faut se garder de vouloir l’influencer par une auto-glorification ridicule.

  2. Seule la Kabylie est capable de sauver la démocratie et la diversité en Algérie.» dit-il
    A notre sympathique écrivain de l’ouest, je l’invite cordialement à écouter, voir (à se faire traduire) la chanson au titre évocateur « Aya Kvayli » du célèbre poète Kabyle Ait Menguelette
    Nul n’ignore le sacrifice consentie par notre région pour libérer l’Algérie du colonialisme Et depuis les maquis du FFS, en passant par le printemps Berbère jusqu’au printemps noir de 2OO1 , la Kabylie n’avait jamais cessé de lutter seule contre le pouvoir , dans l’indifférence et parfois dans le mépris des autres régions pour l’instauration d’une véritable République laïque et démocratique basée sur les fondements historiques du peuple Nord Africain. Aujourd’hui, le clan d’Oujda triomphant a vaincu la Kabylie, économiquement, politiquement et culturellement .Elle a donc définitivement tourné le dos à l’Algérie et essaie tant bien que mal de sauvegarder sa spécificité dangereusement menacée.

  3. Les Kabyles en ont assez de se battre pour l’algérie et de ne récolter que la haine et le crachats!
    Désormais la Kabylie va se battre pour elle, car pendant qu’elle sauve l’algérie elle finie par se perdre!
    Les algériens sont assez grands pour se sauver eux même , s’ils n’ont pas la capacité et la volonté de se sauver et bien qu’ils disparaissent, car on ne peut pas éternellement demander aux autres de se sacrifier pour vous!
    La Kabylie a trop donné pour les autres, elle doit maintenant se battre pour sauver ses enfants de la prochaine conflagration qui s’annonce et qui risque si elle ne se bat pas de disparaitre en tant que peuple pour devenir un erzatzt de toutes ces peuples arabo islamistes définitivement sorties de l’histoire

LAISSER UN COMMENTAIRE