Said Bouteflika président ? Un scénario similaire à celui de l’Egypte de Moubarek ? Le pouvoir en place nous  a habitué à ce genre de manœuvres en utilisant une communication officieuse pour sonder  la réaction de la société avant d’entamer la démarche ou l’annuler.

En effet, cet invité inconnu sur le plateau d’une chaîne de télévision algérienne privée, revendique le «droit du frère et conseiller du président», Said Bouteflika en l’occurrence, à se porter candidat à la présidentielle, si son frère aîné, Abdelaziz Bouteflika, ne souhaite pas briguer un cinquième mandat.

Le même invité rétorque face à l’animateur  et le chargé de communication de Jil Jadid, qu’il est entrain de «former un comité pour appeler le frère du président Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle de 2019.

1 COMMENTAIRE

  1. Bientôt une royauté en Algérie, puisqu’on prépare déjà la communauté à cet heureux événement, en particulier la succession de Said à son frère dés que celui-ci quittera le trône les pieds devant. Ce que la royauté possède comme avantage par rapport à la république c’est celui de n’avoir ni de doute, ni d’interrogations ,ni de falsifications , ni de mensonges au sujet du futur successeur du pouvoir puisqu’il est connu à l’avance, sauf bien entendu décès inattendu de sa part, ce qu’on ne lui souhaite pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE