Les autorités menacent le député
Les autorités menacent le député "Spécifique" de fermer son usine

Le bras de fer engagé entre le député Tahar Missoum (surnommé Spécifique) et le ministre de l’industrie, Abdeslam Bouchouareb, n’est pas près de s’arrêter.

Le député « Spécifique » a annoncé avoir été averti par la gendarmerie d’une éventuelle fermeture de son usine qui produit du lait ce dimanche, pour des raisons qu’il n’a pas clairement étalées. « La gendarmerie m’a informé qu’ils vont fermer l’usine de lait dont je dispose le dimanche prochain » a-t-il confié à El Khabar.

« Le chef du groupe de la gendarmerie de Ksar El-Boukhari (Médéa) a refusé de me procurer une licence, pour demander au tribunal administratif d’arrêter la décision d’exécution » ajoute-t-il.

Interrogé au sujet de la cause principale de cette décision, qu’il qualifie « d’arbitraire », le député « Spécifique » accuse le ministre de l’industrie et des mines Abdeslam Bouchouareb d’être derrière cette « machination ». « La vengeance du ministre de l’industrie contre moi est toujours en cours, pour l’avoir dénoncé précédemment au sein du parlement » estime-t-il. Tahar Missoum qualifie d' »inconcevable » la décision dont il est la cible.

Pour rappel, l’origine du litige entre le député et le ministre revient au jour où le député Missoum avait qualifié le ministre Bouchouareb de « fils de Harki« . Un qualificatif qui a suscitée l’irritation du ministre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE