Benjamin Stora, l’historien français né le 2 décembre 1950 à Constantine, la capitale de l’est Algérien. Professeur des universités, spécialiste de l’histoire du Maghreb contemporain (XIXe et XXe siècles), les guerres de décolonisations, et l’histoire de l’immigration maghrébine en Europe, à l’Université Paris 13 et à l’INALCO (Langues Orientales, Paris), était l’invité de la télévision israélienne I24News pour parler de la présence des juifs en Algérie

«Une présence millénaire» selon Benjamin Stora.

L’historien revient sur l’origine de la présence juive en Algérie, leur cohabitation avec les Amazighs (Berbères), leur statut durant les différentes dominations étrangères.

Selon Benjamin Stora, «les juifs sont présents en Algérie depuis bien des millénaires, au moment où les phéniciens se sont lancés dans le commerce maritime et ont fondé Annaba, Tipaza, Cherchell, Alger, Kartenna. Il serait probable que d’autres juifs soient venus par la route d’Egypte, provenant de l’immigration palestinienne, conséquence de la conquête de la Terre sainte par les Egyptiens.» écrit et affirme t-il sur I24News.

Les juifs étaient soumis à l’époque turque à une sorte de contrat, dit «dhimma», les israélites étaient contraints de payer kharadj, cet impôt foncier et la djéziah, impôt de capitation «Ce qui a poussé les juifs algériens à quitter et choisir la France, en étant pas sûrs de leur statut dans une Algérie indépendante» explique Benjamin Stora le choix des juifs algérien après l’indépendance de l’Algérie en 1962.

Le professeur explique à l’audience de la chaîne israélienne, le processus d’installation de l’arabité au maghreb en général et en Algérie en particulier avec la propagation de la langue arabe et la naissance du courant Baasiste dans le monde dit arabe.

LAISSER UN COMMENTAIRE