Né en Algérie, Enrico Macias n’est pas retourné dans son pays d’origine depuis 54 ans en raison des menaces islamistes. En 2000, le chanteur avait failli se produire dans le pays à la demande du président Abdelaziz Bouteflika. Mais la prestation a été annulée à la dernière minute. Il s’en explique: «J’étais le symbole de l’exil et en m’invitant en Algérie je devenais le symbole de la réconciliation de tous les enfants d’Algérie. Comme j’étais très proche d’Israël et que j’ai voulu me recueillir sur la tombe de Matoub Lounès, ça a déclenché un refus catégorique». Malgré tout, l’interprète du Mendiant de l’amour n’oublie pas son pays. «J’ai encore dans mon subconscient l’Algérie qui coule dans mes veines», ajoute-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE